Louis Chedid & Yvan Cassar - En noires et blanches - DR

Piano-voix sur mesure pour Louis Chedid, avec Yvan Cassar, arrangeur-star

"Louis Chedid & Yvan Cassar - En noires et blanches", qui sort vendredi, n'est pas un simple best-of du premier. D'abord, parce qu'à côté des standards revisités comme "Ainsi soit-il", on redécouvre des joyaux moins connus comme "Ces mots sont pour toi".

“J’aime cette manière intime qu’il a de raconter qui on est” : Yvan Cassar, arrangeur courtisé de Vangelis à Johnny Hallyday, a taillé un costume piano-voix pour donner une nouvelle étoffe au répertoire de Louis Chedid.“Avec quelqu’un d’autre, ça aurait été plus conventionnel mais, là, je chante mes chansons dans un univers et un décor différents suivant les titres, alors qu’Yvan n’utilise que des pianos. J’ai été surpris à chaque fois”, se réjouit auprès de l’AFP Louis Chedid, rencontré au côté d’Yvan Cassar à Paris.

Louis Chedid & Yvan Cassar – En noires et blanches, qui sort vendredi, n’est pas un simple best-of du premier. D’abord, parce qu’à côté des standards revisités comme Ainsi soit-il, on redécouvre des joyaux moins connus comme Ces mots sont pour toi.

Ensuite parce que l’exercice piano-voix, au lieu de déboucher sur un simple dépouillement, donne ici un relief inédit à un répertoire qu’on croyait connaître. “Ce n’est pas un disque de plus, c’est un jalon, comme l’était Entre nous (paru en 1994, concert acoustique enregistré dans la salle parisienne de Bobino), qui est un album très important pour moi et mon public”, avance le chanteur septuagénaire.

Cassar et Chedid père (trois de ses enfants sont aussi chanteurs, Matthieu dit -M-, Joseph et Anna dite Nach) se sont longtemps tournés autour depuis une première rencontre à l’anniversaire d’une amie commune il y a une quinzaine d’années.

Quand Kenny Gates, co-fondateur du label Pias, propose à Chedid d’intégrer sa collection d’albums piano-voix (le tandem formé par Arno et le pianiste Sofiane Pamart avait ouvert la voie en 2021) ce dernier accepte à condition que Cassar soit de l’aventure.

“Il est malade ce mec”

Peu connu du grand public, ce musicien à la chevelure de druide est une référence dans le métier, couturier de l’ombre qui habille les chansons pour que la lumière s’y reflète différemment. Le CV de ce quinquagénaire impressionne puisqu’on y croise les noms de Vangelis, Johnny Hallyday, Claude Nougaro ou encore Charles Aznavour.

Cassar est un obsessionnel, ce qui a donné des sueurs froides à Chedid lors des premières séances de travail. “Le son, c’est capital pour lui. Ca déstabilise au début, il passe un temps fou sur le son. A l’arrivée tu te dis : “Putain qu’est-ce qu’il a raison” mais, quand tu le vis, tu te dis : “ Mais il est malade ce mec “, en rigole l’auteur de T’as beau pas être beau.

“J’étais très angoissé au début, j’avais peur d’être ennuyeux, que les gens se disent: “Ouais, bon, là, ça fait quatre chansons que j’entends la même chose quoi””, confie Cassar.

Pour éviter cet écueil, le musicien a puisé dans toutes la gamme des pianos – de ceux qui sonnent comme des percussions à ceux plus feutrés – et a jonglé avec des instruments de différentes époques.

“J’ai une passion pour les vieux pianos, ceux des années 1910-1920, qui se rapprochent d’une certaine âme pop, avec une résonance singulière, un parfum de nostalgie”, déroule Cassar. Les ambiances musicales qui défilent n’ont rien d’un gadget et la voix et les textes de Chedid n’en ressortent que davantage.

L’auteur-interprète est poignant sur Si seul sans vous, grave sur Danseur mondain et prophétique sur Anne ma soeur Anne, référence à Anne Frank et signal d’alarme face à la résurgence des nationalismes/extrémismes.

Retour haut de page